dimanche 4 avril 2021

Le cercle vicieux de l'éolien industriel

Comment peut-on se retrouver dans une situation où c'est OK de détruire l'environnement pour des sites industriels tout en faisant croire que c'est écologique ?

C'est relativement simple en fait, il suffit de regarder ce qui se passe à chaque niveau de la chaîne :

 

L'éolien a un lobby très puissant qui a des moyens colossaux, il peut donc peser de tout son poids sur des Etats comme la France. L'OFATE par exemple bénéficie d'un accès privilégié au ministère de la transition écologique. Stéphane Bern a même déclaré que les lobbies étaient plus puissants que le président de la République !

Grâce à la propagande qu'ils font depuis des décennies, ils ont réussi à faire croire que cette filière était vertueuse et indispensable (l'éolienne est perçue comme un symbole de la transition écologique).

L'Etat favorise le développement de cette industrie sur le sol français, alors qu'elle est tout à fait inutile et incompatible. L'Etat a même supprimé des étapes de recours pour accélérer la prolifération de ce fléau. Enfin, l'Etat occulte les problèmes de santé des riverains ou des animaux pour éviter un ralentissement ou un coup d'arrêt de la filière.

Les villages rechignent à refuser des recettes qui leur tombent du ciel. Les sites industriels sur leur territoire leur permettent en effet d'engranger des taxes. Elles occultent également les impacts sur le paysage, la santé, la tranquillité et la cadre de vie de leurs administrés et ne voient que l'appât du gain. La corruption est également un mécanisme fréquemment utilisé pour favoriser l'implantation d'un site industriel éolien dans un territoire.

Les sites industriels éoliens ont besoin de beaucoup de surface et les fondations nécessitent des travaux colossaux avec une artificialisation des sols importante. Que ce soit sur des crêtes, en forêt ou dans nos campagnes, détruire l'environnement et la biodiversité est le dernier des problèmes des industriels éolien.

Les associations majeures de protection de l'environnement bénéficient de subventions "énergies renouvelables" et ferment les yeux sur l'implantation de sites industriels sur des crêtes, des forêts ou dans nos campagnes. L'exemple du site d'Aumelas dans l'Hérault implanté dans une zone Natura 2000 en plein couloir migratoire reflète bien l'aveuglement des associations comme la LPO ou WWF.

Les partis politiques profitent de la propagande réalisée en faveur de l'éolien pour engranger des voix. La population est de plus en plus sensible à l'écologie et en croyant que l'éolien est "vert" (grâce à la propagande mentionnée plus haut), voter pour les partis le soutenant paraît logique et sensé. Même le président Macron, tout en ayant conscience des nuisances, continue de développer l'éolien industriel en espérant siphonner les voix écolos.

Enfin, les dindons de la farce, ce sont les Français, qui non seulement doivent subir des sites industriels qui leur sont imposés, mais qui en plus, doivent les financer, via les taxes CSPE et TICPE (et bientôt via les taxes locales lorsque les démantèlements arriveront).

C'est même pire que ça, car il ne s'agit pas seulement de mesures de soutien d'une filière industrielle. La vérité, c'est que nous offrons des profits colossaux à des investisseurs peu scrupuleux (de l'ordre de 90 milliards d'euros). 

Il n'y a pas d'argent pour les retraites des Français, mais distribuer l'argent des Français aux retraités canadiens ne pose pas de problème apparemment.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire