dimanche 1 novembre 2020

Un exemple à suivre pour le canton de Vaud

On peut se demander si la convention d'Espoo est bien utile en l'absence d'une réelle contrainte de prendre en compte l'avis du pays voisin impacté.

Dans le cadre du projet suisse Bel Coster, la France a été consultée, a émis un avis défavorable, la population française est opposée (comme les collectivités locales) et pourtant, le canton de Vaud n'en a que faire et continue son projet.

Non seulement le canton de Vaud ignore l'opposition française au projet mais pire, en a pleinement conscience. Et malgré les réticences françaises, le canton de Vaud préfère persévérer, faisant fi de la célèbre diplomatie helvète.

Et aujourd'hui, est-ce que l'exemple à suivre ne viendrait pas des Belges ?

Dans exactement la même situation :

  • un projet belge d'éoliennes géantes à la frontière française
  • des paysages préservés
  • des espèces protégées
  • la proximité avec le village français de Thonne-la-Long, proche de la frontière
  • un avis défavorable du préfet
  • une population locale opposée

les Wallons retoquent le projet éolien.

Voir l'Est Republicain du 29 Octobre.

La convention d'Espoo, sans contrainte, ne fonctionne que si les pays impliqués font preuve de bienséance et d'intelligence.

Il est plus que temps que le canton de Vaud prenne exemple !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire